• Une nouvelle étude mondiale de Siemens Financial Services met en relation les exigences et les ressources du secteur de la santé avec les résultats des patients qui sont générés, en vue de produire un « indicateur de valeur des services de santé ».
  • Ce modèle a été établi en concertation avec des spécialistes et praticiens du secteur de la santé du monde entier et utilise un éventail de sources de données officielles.
  • Les pressions qui s’exercent sur l’application des fonds, l’infrastructure et les compétences sont évaluées au regard des résultats des patients, tels que les taux d’immunisation, l’espérance de vie et les indices de qualité de vie.
  • L’accès aux technologies et équipements les plus récents peut aider à améliorer l’indicateur de valeur des services de santé d’un pays mais il est difficile d’investir en raison de la pression sur les budgets.
  • Cette étude estime l’ampleur du financement privé dans le monde, qui pourrait débloquer le capital « gelé », immobilisé dans des achats de biens d’équipement et de technologie.
  • Le financement peut contribuer à réduire la pression exercée sur les organisations du secteur de la santé qui ont du mal à trouver des moyens de transformer les prestations de soin et à favoriser la digitalisation.

Siemens Financial Services (SFS) a publié une nouvelle étude qui évalue les pressions sur les ressources dans les systèmes de santé du monde, les résultats des patients qu’ils génèrent et la « valeur » produite par chaque système de santé. L’accès à une technologie médicale perfectionnée est un facteur essentiel qui permet d’améliorer les résultats des patients et la valeur des services de santé.

Ce document étudie donc le rôle que le financement privé peut jouer dans l’amélioration de l’accès à un équipement et à une technologie de pointes, et estime le capital actuellement « gelé » dans des achats d’équipement, qui pourrait être débloqué pour répondre aux priorités opérationnelles immédiates et urgentes, et aux projets de transformation des services de santé.

Les systèmes de santé du monde entier sont sous pression. Les systèmes de santé matures, comme en Europe et aux États-Unis, se heurtent à l’urgence d’une réforme. Les systèmes de santé en développement, comme en Turquie, en Russie, en Chine et en Inde, luttent pour répondre à la hausse de la demande et des attentes.

La force de la pression qui s’exerce sur les ressources des systèmes de santé peut globalement se définir en fonction de trois catégories : l’application des fonds, l’infrastructure et les compétences. Les résultats des patients ont été évalués en termes de taux de morbidité, de taux de survie et d’indicateurs officiels de la qualité de vie. Le modèle de l’étude de SFS exprime alors les résultats des patients sous forme d’un simple ratio de pression sur les ressources afin de donner une idée de la « valeur » générée par le système de santé. À titre d’exemple, si un système de santé a des ressources importantes (pression faible) et produit de meilleurs résultats (score élevé), alors l’indicateur de valeur sera supérieur.

La technologie est un élément essentiel qui réduit la pression sur les systèmes de santé en optimisant les compétences cliniques et médicales. Les budgets restent sous pression dans tous les systèmes de santé. Cependant, l’équilibre entre les modernisations technologiques nécessaires et le poids de l’investissement est un facteur constant dans tous les pays étudiés.

L’étude de SFS estime l’ampleur du financement qui pourrait être « débloqué » des investissements en équipements et technologies essentiels afin d’être utilisé pour les besoins opérationnels urgents. Cela est réalisable en déployant les techniques de financement du secteur privé qui alignent les paiements sur les bénéfices générés par la modernisation de la technologie médicale.

« Il existe un certain nombre de méthodes de financement spécialisées qui sont déployées par les organisations du secteur de la santé pour moderniser leur technologie médicale et soutenir la transformation de leurs prestations de soin », explique Thierry Fautré, Président de Siemens Financial Services, France. « Ces méthodes, telles que la mise à jour et mise à niveau des technologies, le financement de logiciel et le financement de transition, permettent de répondre à différentes demandes, de l’acquisition d’un simple matériel au financement d’une toute nouvelle infrastructure de santé. Les établissements de santé libèrent ensuite un capital précieux qui peut être utilisé pour améliorer la valeur dérivée du système de santé en réduisant la pression qui s’exerce sur les ressources et en maximisant les résultats des patients. »

Méthodologie

Le modèle de Siemens Financial Services utilise des ensembles de données officielles qui sont recueillies de la même manière dans tous les pays étudiés, auprès des sources, telles que : l’Organisation mondiale de la santé (OMS), L’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), les différents ministères de la Santé, The Lancet, l’annuaire des statistiques chinoises, la Banque mondiale, la Fédération internationale des diabétiques, Emergo, les ministères nationaux du commerce (exportation), l’Observatoire mondial du cancer, l’Observatoire mondial de la santé, COCIR, divers journaux médicaux spécialisés.  Trente et un directeurs, spécialistes et consultants en gestion du secteur de la santé, issus de quatorze pays, ont été interrogés en août et septembre 2018. Chacun d’entre eux a été invité à indiquer les facteurs qui selon lui, devrait être inclus dans une « mesure » simple de la pression sur les systèmes de santé nationaux, et à préciser les facteurs qui s’appliqueraient le mieux à une évaluation globale des résultats des patients. Certains facteurs ont été sélectionnés comme des indicateurs adaptés pour donner une vision globale des services de santé et des résultats. La prévalence du diabète a, par exemple, été choisie car c’est un indicateur pertinent de la morbidité due à l’alimentation et de la morbidité due au mode de vie, ainsi que des co-morbidités typiques, liées, notamment, aux maladies cardiovasculaires, à l’obésité, aux maladies du foie et des reins. Dans le modèle relatif à la pression sur les ressources, la densité de la technologie d’imagerie diagnostique a été choisie non seulement parce qu’elle constitue un facteur essentiel dans le diagnostic précoce et la prévention, mais également parce qu’elle sert d’indicateur solide en ce qui concerne le volume global et la sophistication de l’investissement dans les appareils médicaux dans leur ensemble. Les répondants ont apporté leur contribution non seulement dans la définition des facteurs sous-jacents pour ce modèle mais également en ce qui concerne la pertinence et la qualité des données disponibles dans les pays sélectionnés.

Pour de plus amples informations, vous pouvez consulter la page suivante :
https://new.siemens.com/global/en/products/financing/whitepapers/whitepaper-relieving-the-pressure.html

Pour d’autres informations sur SFS, consultez
www.siemens.fr/finance

Contact presse

ThoughtSpark

Tiffany Huret - tiffanyhuret@thoughtsparkagency.com - +447821941762