Le maire de Gien, Christian BOULEAU, le maire d’Orléans, Olivier CARRE, Stéphanie RIST, députée du Loiret, le groupe Ramsay-Générale de santé, l’association des médecins libéraux de la clinique Jeanne d’Arc de Gien, représentée par le docteur Marc GARRET et le directeur général du CHR d’Orléans, Olivier BOYER, ont le plaisir de vous annoncer la signature du protocole de cession de la clinique Jeanne d’Arc de Gien par le CHR, le 16 avril 2019, en présence de Dr David Fallik représentant la CPTS Giennois-Berry et Marie DUNYACH, directrice du Centre hospitalier Pierre Dézarnaulds. Cette signature est l’aboutissement d’un intense processus de négociation débuté en 2015.

Confrontée à d’importantes difficultés, la Clinique Jeanne d’Arc de Gien, s'est tournée vers le CHR d’Orléans en 2017, sous l’impulsion de l’ARS, afin de lui transférer ses autorisations d’activités de soins.

Rappelons que, depuis 2010, les césariennes de la maternité du centre hospitalier Pierre Dézarnaulds sont réalisées au sein du bloc opératoire de la clinique, l'unique du territoire giennois. Ce projet, indispensable pour préserver les activités obstétricales, s’appuyait donc sur un contexte favorisé par la mise en place du groupement hospitalier de territoire du Loiret dont le centre hospitalier giennois est membre.

Assurer la pérennité des activités de soins

Le CHR d’Orléans a identifié aussitôt le principal enjeu de cette reprise d’activités : maintenir sans rupture une offre de soins de qualité sur un territoire de santé étendu et fragile. L’objectif était de tout mettre en œuvre pour garantir la réponse aux besoins de santé de la population sur ce territoire, situé en moyenne à plus d'une heure de la capitale régionale, notamment en pérennisant le fonctionnement du bloc opératoire commun avec le CH de Gien.

Le protocole qui vient d’être signé a été établi de sorte de préserver, dans sa totalité, l’offre de soins hospitaliers du Giennois, dans le cadre d’un partenariat équilibré entre les médecins libéraux qui poursuivent leur exercice, le CHR d’Orléans et le CH de Gien dont la maternité, les urgences et la médecine vont continuer à fonctionner dans des conditions inchangées.

Les activités de la clinique Jeanne d’Arc sont non seulement maintenues - chirurgie générale et digestive, chirurgie orthopédique et traumatologique, anesthésie, ORL, gastro-entérologie, traitement des cancers et chimiothérapie, cardiologie, ophtalmologie et stomatologie, pneumologie, radiologie, biologie – mais d’ores et déjà consolidées. Un nouveau chirurgien orthopédique a pris ses fonctions en septembre dernier et un urologue devrait prochainement rejoindre l’équipe en place pour développer une activité qui faisait défaut pour les patients du Giennois.

Un projet médical pour développer l’offre de santé

Le projet médical préparé par les médecins de la clinique, du CHR d’Orléans et du CH de Gien a pour objet, dans le cadre du groupement hospitalier de territoire, de renforcer et de développer l’offre de soins du territoire en s’appuyant sur la communauté professionnelle territoriale de santé (CPTS) du Giennois. A titre d’exemple, des chirurgiens du CHR se déplaceront à Gien en urologie, en chirurgie orthopédique et en chirurgie générale et digestive pour consulter, opérer et participer aux réunions de concertations pluridisciplinaires dans le traitement des cancers aux côtés des praticiens de la clinique afin d’établir un partenariat approfondi.

Des modalités de reprise préservant l’emploi

Outre les modalités de cession des équipements et mobiliers, les négociations se sont attachées à la préservation des emplois. Ainsi l’ensemble du personnel actuellement salarié par la clinique et souhaitant poursuivre son activité est repris par le CHR dans le cadre du transfert. Parallèlement, les contrats avec les médecins libéraux ont été signés le 5 février dernier. Les instances des deux établissements ont été consultées conformément aux textes en vigueur.

Le protocole de cession va être transmis immédiatement à l’agence régionale de santé qui procèdera par arrêté, après avis de la commission spécialisée de l’offre de soins, au transfert des autorisations d’activité de la clinique au CHR. Dans l’attente, les activités de la clinique se poursuivent dans les mêmes conditions.

Les médecins des trois établissements, les collectivités territoriales, les directeurs et l’agence régionale de santé ont œuvré ensemble à la construction de ce partenariat original et novateur, grâce auquel une offre de soins hospitaliers consolidée va pouvoir se développer sur le giennois. Sur ces bases renforcées, le GHT du Loiret pourra répondre parfaitement aux objectifs qui lui ont été fixés par la loi, offrir aux patients des soins de qualité équivalente sur l'ensemble du département et organiser leur parcours de soins au sein des hôpitaux du territoire.

Données complémentaires

Les professionnels de santé de la clinique :

  • 40 médecins libéraux
  • 117 professionnels ETP

Le bassin de vie du Giennois :

Le bassin de vie de Gien est peuplé de près de 80 000 habitants sur 50 communes regroupées autour des villes de Briare, Châtillon-sur-Loire, Sully sur Loire et Gien. Il s’étend le long de la Loire sur 1 700 km2, représentant une densité de population de 47 habitants par km2.

Contact presse : Isabelle Mangallon - isabelle.mangallon@chr-orleans.fr - tel. 02 38 61 32 68